Talam, tome 1 : La recherche de l'Onya.

Sur les terres de Talam, les royaumes de Deas et du Tsartevo se livrent une guerre féroce depuis des années. En pleine révolution industrielle, les armes développées par les Magénieurs remplacent peu à peu les Draoihs, magiciens puissants bien que fragiles. Mais la multiplication de mystérieux portails, d'où jaillissent de terrifiantes créatures, pourrait bouleverser tout l'équilibre mondial...

Premier tome d'une duologie de fantasy signé Audrey Marin-Pache. Je la remercie pour ce service presse.

« Averick avait un argument de poids. Lui seul connaissait le secret de la potion de Facteight, ce précieux remède, seul à pouvoir combattre la maladie dont souffraient les Draoihs. »

💗💗💕

En commençant ce livre je ne savais absolument pas à quoi m'attendre. Le monde s'avère être un étonnant mélange de modernité (la fée électricité, les trains, les avions, les armes) et de fantasy (la magie), une patte steampunk tout à fait perceptible.

Le lecteur se retrouve catapulté au milieu d'une guerre commencée depuis bien longtemps. Nous suivons la destinée de plusieurs personnages. Par moments, on peut avoir une forte impression d'instantanés de vie, sautant d'une année à l'autre, d'un lieu à l'autre. J'ai eu l'impression de dénouer des fils emmêlés, comprenant peu à peu les tenants et aboutissants.

On y côtoie des Draoihs, des magiciens dont la particularité principale est d'être hémophiles. Mais aussi la Magéniérie, groupement puissant d'ingénieurs créant des armes notamment et les renforçant en usant du sang de Draoihs. Mais aussi des nobles en fuite ou des individus tout à fait banals.

Quand on pense avoir compris le déroulement de l'histoire ou la situation géopolitique, voilà qu'on se retrouve avec une troisième faction étrangère au monde, elle même en conflit interne et… Je me suis sentie un peu submergée par moments.

 

Mais c'est parfaitement écrit et le déroulé n'est jamais heurté. On découvre le monde à mesure de la progression de lecture. En revanche, je ne sais pas si je me suis attachée aux personnages en dehors de Ian Bleizh, le Draoih rencontré en tout début de roman. Il m'a donné une impression de Sorceleur mais version non boostée à la bogossitude.

Même si, au final, ce n'est pas un coup de cœur, je suis très intéressée pour lire la suite et découvrir ce qui arrive aux protagonistes. Parce qu'il faut l'avouer, la fin de ce tome est assez funeste et sombre.

Retour à l'accueil