L'Aigle et le Koto - Les Noces duelles

Si vous deviez choisir entre l’Amour, la Famille ou le Pouvoir, tout en sachant que vous perdriez à jamais les deux autres, quel serait votre choix? Alors que le feu du dragon consume encore les ossements de son père, Aruta, lui, a déjà pris sa décision!

Aruta, Véga, Deneb…
Trois étoiles aux destins entremêlés par les desseins tortueux des kamis. Une épopée de fantasy épique à travers un Hokkaido féodal et merveilleux.

Plongez au temps des samouraïs, des dragons et des démons-renards. Une époque où la tradition et l’honneur imprègnent encore les gestes des guerriers. Mais la vie du samouraï est aussi brève que la floraison du cerisier ; dans les ténèbres, des complots se trament et les allégeances évoluent…

Par Axel Witze qui a su très bien vendre son livre ! Et que je remercie pour ce service presse.

💗💗💗💗

 

« – Ce n’est pas très gentil de dire cela, maître ! répliqua la renarde dont le poil doré virait au cramoisi. Ce petit monstre était plus rusé qu’un renard !

– C’est le cas de le dire… »

« Washi dépassait à peine ses cent premières années et avait vu sa queue se fendre, mais son maître désigné ne semblait guère considérer son rêve de s’éteindre avec huit belles autres queues, pendant le prochain millénaire. »

 

Pour une fois, je ne sais pas trop par où commencer, un peu soufflée par cette lecture très exigeante. Mais je crois qu'il est important de dire que le résumé de ce roman n'est pas mensonger. (Une épopée de fantasy épique à travers un Hokkaido féodal et merveilleux.) Il est épique et extrêmement immersif. J'en suis arrivée à la conclusion qu'il serait parfait pour le scénario d'un Drama en bonne et due forme, tout s'y trouve absolument. Les descriptions minutieuses des paysages, des personnages, des coutumes, des habits. Tout y est.

Je dois avouer que j'ai eu quelques difficultés au début avec la quantité de termes japonais, beaucoup de notes de bas de page. Mais c'est surtout parce que je ne m'intéresse pas outre mesure à cette culture ou tout du moins pas de façon aussi poussée. On sent que l'auteur maîtrise le sujet et surtout qu'il est profondément amoureux du Japon féodal.

 

J'ai eu un gros coup de cœur pour la kitsuné Washi. Acerbe, susceptible, intelligente et terriblement efficace. Véga m'a plutôt irritée, professionnelle du chaud et du froid, une vraie princesse dans toute sa splendeur. Quant à Deneb, la seconde face d'une même pièce. Il m'a rappelée un alcool qui au lieu de se bonifier a tourné au vinaigre. Pour le moment il reste plutôt à l'état de faire valoir ou de route parallèle.

 

« Soyez astucieux, jeune homme, car ici, vous avez pénétré dans le repaire des vipères et vous ressemblez plus à une souris blanche qu’à un aigle, malgré votre masque. »

Aruta finit par être attachant, on se demande sincèrement pourquoi il se retrouve à affronter tant d'épreuves. Lui qui vante le libre arbitre semble bien soumis aux caprices du destin ou des kamis. Et au final c'est lui que j'ai le plus aimé. Je me suis réellement passionnée pour son devenir, pestant contre ses décisions ou son comportement, parfois, ou me réjouissant de sa situation. Il est profondément humain au milieu de toute la magie et des êtres surnaturels.

 

Bon par contre la fin comme un énorme cliffhanger, je suis mitigée. Un résumé des intentions et une question ouverte et c'est terminé, comme ça, d'un coup. Le livre se termine en pleine action, pas dans un temps mort. C'est un peu radical comme méthode pour inciter à lire la suite. Je n'adhère pas trop. Noces duelles reste cependant une excellente œuvre de fantasy très bien écrite. Et je suis impatiente de la suite.

Retour à l'accueil