Iliot – tome 1 -  Le Pays des Ténèbres

En 1434, vivait un magicien nommé Luoj. Celui-ci, fatigué par la cruauté des hommes envers les siens, décida de concevoir un monde où les magiciens pourraient vivre en paix.  
De nos jours, Iliot, jeune parisien de 15 ans dont la vie est des plus banales, découvre un étrange livre à la bibliothèque. Son titre : "Le pays des ténèbres". Sur la première page, une incantation... Pensant avoir affaire à un livre de magie, il tourne la page pour s'apercevoir... qu'il n'y a rien. Les pages sont blanches ! Mais Iliot est loin de se douter que de ce livre dépendra son futur.

Par Baptiste Piriou aux éditions Litl'Book.

« - La détermination et l'espoir ! S'exclama-t-elle. Vous possédez une force incroyable mon prince. Vous êtes bien celui que vous prétendez être. Un jour, nous réaliserons de grandes choses. Ne sous-estimez jamais vos pouvoirs. Jamais ! »

🧡🧡🧡

J'ai eu un goût de « De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva », ce changement de cadre un peu fantasmagorique, le réel transformé, les rencontres avec des êtres originaux et presque perturbants. On suit le parcours initiatique d'Iliot, catapulté de Paris au pays des ténèbres en pleines vacances d'été. Un monde né de l'imaginaire d'un magicien du XVème siècle, oppressé, se nommant Luoj.

C'est un thème tout à fait classique de l'héroïc fantasy, celle d'un être banal forcé de devenir un héro dans un monde qui lui est totalement inconnu, presque un pantin aux mains de personnes plus ou moins mal intentionnées. Iliot ne se connaît pas lui même, aucune idée de l'étendue de ses pouvoirs, ni même des lieux où il vient d'atterrir, pourtant il est déjà plein d'assurance, de jugements et accepte étrangement bien la situation. D'ailleurs en ce sens le côté adolescent de 15 ans limite blasé est plutôt bien exposé.

La mise en place de l'intrigue est longue et minutieuse. Finalement tout parait sourire à Iliot, tout parait facile, les difficultés sont secondaires. A la moitié du tome il n'en a toujours pas vraiment rencontré, hormis son changement de pays qui ne le perturbe pas outre mesure et quelques vagues antipathies du père de James (son acolyte de circonstance dans cette aventure). Mais au final il est balloté, manipulé, pour finir maltraité, forcé de grandir, de subir. Son anniversaire se faisant aux mains des ennemis, les stosym.

J'ai fermé le livre avec l'impression que ce tome est une introduction. L'expédition principale sert d'excuse pour présenter le monde, des lieux clefs, des protagonistes présents et futurs, des antagonistes. La présentation de ce qui attend vraiment Iliot n'est qu'au dernier quart. Et la dernière page est une porte ouverte pour la suite.

Cependant j'ai passé un bon moment. C'est une lecture facile, bien écrite. C'est un livre que je recommande vivement pour faire découvrir la fantasy à un enfant/adolescent. Il est tout à fait adapté et fera sûrement mouche.

Petit bémol tout à fait secondaire concernant la version papier. La couverture est magnifique avec cet effet mat velouté et le dessin doré qui ressort. Sauf qu'à l'usage, elle conserve des traces de doigts. J'ai l'impression du même défaut qu'on peut retrouver sur certaines palettes de maquillage. 

Je lirai bien évidemment le tome 2, le Matava, qui est d'ores et déjà dans ma pile à lire. Il est impossible de se cantonner à un seul tome de toute façon, et ça c'est malin !

 

Retour à l'accueil